A+A-
Imprimer Partager sur Facebook

A la 3ème Rencontre Andine du Commerce Equitable en Equateur

Publié le 02 décembre 2014 - Dernière mise à jour le 10 décembre 2014

Plus de 250 producteurs et productrices étaient réunis à Machala, la capitale de la banane en Équateur, les 20 et 21 novembre derniers.

Tout ce que le Pérou, l'Équateur, la Bolivie et la Colombie comptent comme coopératives insérées dans le commerce équitable, s'est mobilisé pour envoyer une délégation à cette 3ème Rencontre Andine du Commerce Equitable. 

Parmi les non-andins, des ONG - les Français Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, Solidarité Internationale pour le Développement et l'Investissement et les belges Trias, les acheteurs canadiens Discovery, américains Equal ExchangeETHIQUABLE et bien sûr le Symbole Producteurs Paysans ont participé à cette bouillonante dynamique paysanne.

 


Organiser la démocratie a un coût. Nous sommes convaincus que le commerce équitable passe nécessairement par la participation des producteurs. Il ne peut, en aucun cas, s'agir d'une vision de quelques uns (des pays du Nord) qui ont les moyens d'influer. 
Nous avons participé, avec d'autres, au financement de cette Rencontre. Une voix démocratique des organisations paysannes andines peut ainsi émerger dans le concert du commerce équitable.
 

Plus de Sud dans l'équitable, plus d'équitable dans le Sud


Depuis quasiment 20 ans, la Coordinadora Latinoamericana y del Caribe de Pequeños Productores de Comercio Justo (CLAC) porte la voix des producteurs latino-américains au sein du mouvement international du commerce équitable. Sa force d'initiative n'est plus à montrer. La CLAC est notamment à l'origine du Symbole Producteurs Paysans, le premier système de garanti du commerce équitable dont le cahier des charges appartient aux producteurs. Son but : distinguer les produits équitables issus des organisations de petits producteurs pratiquant une agriculture paysanne de ceux provenant des plantations.
 
du Nord au Sud : Iniciativa Colombiana (19 coopératives) créé en 2009 - Coordinadora Ecuatoriana de Comercio Justo (10 coopératives) créé en 2003 - Coordinadora Peruana de Comercio Justo (51 coopératives) créé en 2002 - Coordinadora Boliviana de Comercio Justo (6 coopératives) créé en 2006.
 
Au fur et à mesure, des coordinations par pays se sont créées et 14 pays latino-américains affichent aujourd'hui une coordination réunissant toutes les coopératives liées au commerce équitable. Ces réseaux rendent visibles le commerce équitable dans chaque pays, et bénéficient des appuis de promotion à l'exportation. Ils catalysent une réflexion pour chaque pays sur le commerce équitable. Ils sont l'interlocuteur privilégié des autorités de chaque Etat.
 
Nous pensons que ce niveau de coordination est le plus légitime. Il s'inscrit dans le cadre des politiques nationales, et permet de générer le consensus sur les problématiques de commerce équitable, dans un contexte homogène. Ces réseaux sont naturellement consultés lorsque les cahiers des charge des labels évoluent (prix minimum, concurrence déloyale, etc,..). 
 

 
"Nous, les petits producteurs, on est pris en compte pour produire, pas pour décider. On ne veut pas de projets d'appui aux pauvres petits paysans. On veut des droits de VRAIS humains." 
Rosa Guaman, Présidente du Réseau Équatorien du commerce équitable
 
 

Une rencontre dense


La rencontre s'inscrit dans une série d'ateliers qui permettent, depuis 2 ans, aux coopératives latino-américaines de mieux se connaître, d'échanger sur leurs problématiques et dégager des consensus, dans un contexte évolutif et rapide du commerce équitable, où les coopératives de petits producteurs perdent peu à peu du terrain face aux plantations et aux acteurs dominants, les multinationales de l'agro-industrie. Le programme de la Rencontre, intitulé "Pour de grands changements dans le commerce équitable basé sur une agriculture paysanne", était donc dense (voir le programme). 
 
 
Quel commerce équitable pour les petits producteurs ? Quels sont les défis du commerce équitable à l'échelle nationale et dans le commerce international ? Quelles stratégies pour renforcer les organisations de producteurs ? Quelles sont les politiques publiques en Amérique latine qui encouragent le commerce équitable ? Toutes ces questions ont été analysées tout au long de l'événement à travers des débats et ateliers.
 

 
"Le commerce équitable est un processus de résistance."
René Ausechaux, gérant de la coopérative Expo Cosurca en Colombie

 

 

 

 

La rencontre a permis au bloc andin (Colombie, Pérou, Bolivie, Equateur) de préciser une position commune face aux enjeux du système FLO et de définir, au sein de la CLAC, des règles précises de prise en compte des positions andines et de concertation.  
 
La Déclaration finale de la Rencontre retient - entre autre - comme résolutions :
  • La plate-forme andine invite les gouvernements des pays andins à engager des ressources financières et techniques pour répondre d'urgence aux impacts du changement climatique sur la production de café des petits exploitants.
  • La plate-forme andine souligne les actions de conservation et de reconnaissance du quinoa comme un produit de forte qualité nutritive et cherche à développer une appellation d'origine andine du quinoa.

 

ETHIQUABLE remercie chaleureusement les 4 présidents des coordinations Colombienne, Équatorienne, Péruvienne et Bolivienne pour l'organisation de cette rencontre où le sens de la démocratie vibrait dans l'air.

 

 

 

 

D'autres articles sur le même thème
Réagir à cet article
CAPTCHA
Ce champ doit rester vide (lutte contre le pollupostage).