Commerce équitable en France

Paysans d'ici s'inscrit dans la continuité avec le commerce équitable Sud-Nord que nous pratiquons.

A+A-
Imprimer Partager sur Facebook

Commerce équitable en France

Lire la Charte Paysans d'ici
 

Voir les produits paysans d'ici
 

L'origine de la Charte Paysans d'ici

En 2008, les salariés sociétaires de la coopérative ETHIQUABLE décident de proposer une démarche équitable aux petits agriculteurs français.
Deux raisons principales :
 

  1. Depuis notre création en 2003, nous sommes interpelés par les consommateurs et par le monde agricole français sur cette question. Notamment, en 2009, des producteurs du Groupement des Agriculteurs Biologiques et Biodynamiques du Gers (GABB 32) souhaitent nous rencontrer pour trouver ensemble de nouveaux débouchés pour leurs productions.
     
  2.  Nous avons développé un modèle de commerce équitable (basé sur la notion de projet de développement) pertinent en termes de résultats pour les coopératives de producteurs au Sud. Cette expertise peut servir à la préservation d’une petite agriculture paysanne française menacée.

 

Paysans d’ici est un prolongement de notre vision et pratique du commerce équitable

Depuis 2003, nous avons développé un modèle de commerce équitable exigeant et adapté à la situation de chacun de nos 39 partenaires du Sud.

Notre modèle repose sur un principe fondateur : l’agriculture paysanne portée par les coopératives de petits producteurs, si elle bénéficie d’un commerce équitable sur-mesure, est non seulement capable de faire vivre des producteurs de leur terre mais aussi de préserver des savoir-faire traditionnels, des paysages et des variétés locales et de générer des transformations économiques, sociales et environnementales fortes. 

Avec Paysans d’ici, nous portons la même exigence et la même vision d’une alimentation non standardisée conjuguant plaisir et citoyenneté.

 

Les enjeux sont différents au Sud et au Nord

Les enjeux ne sont bien évidemment pas les mêmes pour les producteurs du Sud et les paysans d'ici. Pour les producteurs du Sud, l’enjeu d’un commerce équitable est la survie directe des personnes vivant de la terre. Pour les paysans d’ici, c’est la survie d’un type d’agriculture qui est en jeu. 

Si un agriculteur gersois ne vit pas dans une aussi grande misère qu'un paysan du Honduras, ils sont nombreux, en France, à mettre la clé sous la porte. Le niveau de pauvreté est différent mais le combat reste identique : maintenir une agriculture permettant de rémunérer ceux qui travaillent la terre. 

 

Mais les menaces sont similaires

Concurrencée par la production agro-industrielle intensive, l’agriculture paysanne au Sud comme ici est menacée par des politiques agricoles et des pratiques commerciales qui ne lui sont pas favorables.

Dans les pays du Sud, les petits producteurs de moins de 2 hectares représentent 85% des agriculteurs. Plus de trois quarts des "pauvres" dans les pays en développement (900 millions de personnes) vivent en zone rurale. Les paysans sont majoritaires à l’échelle planétaire puisque le secteur agricole représente près de 1,34 milliards d’actifs, soit la moitié de la population active mondiale tous secteurs confondus. L’agriculture paysanne du Sud est mise en concurrence avec l’agrobusiness et ses plantations agro-industrielles, notamment pour l’accès à la terre, à l’eau, au capital ou au marché. Elle est aussi mise à mal par les importations provenant de l’agriculture intensive du Nord qui cherche à écouler ses excédents. Par ailleurs, les politiques publiques sont souvent plus favorables au modèle de l’agriculture industrielle que celui de l’agriculture paysanne.

En France, chaque semaine, 200 exploitations disparaissent. L’agriculture paysanne d’ici est mise sous pression par une course à l’accroissement de la productivité et à des exploitations toujours plus grandes. Avec l’ouverture des marchés, l’agriculture paysanne d’ici est aussi mise en difficulté par des importations de produits de moindre coût provenant des pays émergents qui le plus souvent sont issus de l’agriculture industrielle et intensive

 

Soutenir les initiatives de producteurs qui se mobilisent pour une autre agriculture

Nous croyons, avec d’autres, que l’agriculture paysanne en France accompagnée par une démarche équitable, bio et locale est une alternative puissante face aux enjeux d’aujourd’hui et de demain :

  • maintien de l’emploi en milieu rural et préservation de l’équilibre des territoires,

  • maintien de la biodiversité cultivée et préservation des paysages et des écosystèmes,

  • préservation du patrimoine gastronomique et valorisation de cultures traditionnelles.