A+A-
Imprimer Partager sur Facebook

Sur le terrain avec les producteurs

Publié le 23 septembre 2014 - Dernière mise à jour le 04 décembre 2014

Retour de mission au Pérou et au Mexique de Nicolas Eberhart, agronome "exilé" d'ETHIQUABLE, responsable de l'appui aux producteurs latino-américains, basé en principe à Quito en Equateur mais souvent ailleurs...
 

Coopérative AGROPIA, Pérou : succès story !
 

En 2009, AGROPIA et ETHIQUABLE créent une filière équitable et bio de chips de pommes de terre natives avec l'appui d'Agronomes et Vétérinaires sans Frontières. Et, jusqu’en 2012, AGROPIA ne vend ses pommes de terre de couleur qu'à ETHIQUABLE . Et pour cause : les pommes de terre natives avaient déserté depuis longtemps les assiettes péruviennes au profit du riz d'importation. Et peu faisaient cas de cette richesse nationale. 



C'était sans compter le succès des chips de couleur ETHIQUABLE en Europe et sur les marchés locaux... et surtout l'engouement du chef cuisinier Gaston Acurio, la star de la gastronomie péruvienne (pour la petite histoire, il prête sa voix à l'un des personnages de Ratatouille de Pixar version en espagnol) pour ces variétés anciennes naturellement colorées.

Depuis, ces pommes de terre natives apparaissent en supermarché, et plusieurs marques vendent des chips de pomme de terre native au Pérou et à l’export. AGROPIA reste le fournisseur de référence et collecte désormais 145 tonnes, dont seules 54 tonnes sont destinées aux chips pour ETHIQUABLE

La pomme de terre native est disponible toute l’année. Les producteurs cultivent jusqu’à 50 % de leur surface en pomme de terre native de couleur. La demande sur le marché local, maintient un prix de 1,5 à 2 soles par kg pour les producteurs Jusqu’à présent, le prix ne dépassait pas 1 sol par kg. Les producteurs continuaient donc de privilégier la pomme de terre hybride ou des variétés anciennes productives (sans pigmentation) comme la camotillo (chair jaune). 


Les producteurs peuvent maintenant produire an grande quantité la patate de couleur pour le marché équitable & bio d’ETHIQUABLE pour 2,8 sol/kg au producteur et vendre les surplus sur le marché local. Le revenu net des familles est donc supérieur, sans prendre en considération le surprix bio et commerce équitable de 50 %, par rapport au marché local.

Les producteurs ont adopté la production bio, il y a 4 ans. Ils maîtrisent maintenant parfaitement les risques et les dégâts des ravageurs, les doryphores. Les rendements en production bio, sont maintenant proches des rendements sous production chimique, pratiquée avant la mise en place du programme bio. Les familles gagnent en revenus car l’achat des intrants chimiques est remplacé par un surplus de travail valorisé avec le prix bio.

En alliance avec le centre de recherche agronomique INIA, AGROPIA a mis en place une pépinière de semences bio développées in vitro à partir de leur variété locale, afin d’obtenir de la semence sans contamination virale. AGROPIA propage donc depuis 1 an des semences bio de leurs variétés locales, avec des augmentations de rendements importantes. La semence obtenue en pépinière (avec utilisation de terre stérilisée pour éviter la contamination de virus) est ensuite multipliée dans les parcelles communautaires de la coopérative.

 

 

Chiapas, Mexique : La roya, le champignon dévastateur du caféier, sème la désolation dans la coopérative MAJOMUT 
 

La récolte de café 2013, qui démarre en décembre 2013, a été marquée par les attaques de rouille, la roya. Ce champignon se propage rapidement avec l'alternance de la chaleur et des pluies. Les feuilles et parfois les tiges des caféiers noircissent. Les parcelles les plus affectées sont irrécupérables.

Il faut alors couper et replanter des nouveaux plants, qui ne produiront que dans 36 mois. Certains caféiers ont pu être sauvés avec une taille à 50 cm du sol. Ceux-ci produiront à nouveau des cerises dans 24 mois. Dans tous les cas, la rouille a des conséquences désastreuses sur les revenus des producteurs.

MAJOMUT fait le bilan de fin de la récolte en juin dernier : 35 % de café récolté en moins et les estimations pour la récolte à venir, sont encore plus pessimistes. La coopérative du Chiapas prévoit de produire pour la prochaine récolte 2014/2015, 8 containers de café : c'est 50 % de moins que les années antérieures. 

L'équipe administrative et les élus ne restent pas les bras croisés et concentrent leur efforts sur la rénovation des plants de caféiers chez les producteurs. Les cérémonies en l'honneur des 30 ans de la coopérative sont reportées. MAJOMUT prévoit de récupérer son potentiel de production dans 5 ans.
D'ici là, Fernando Rodriguez, le coordinateur de la coopérative, veut voir l'avenir positivement :
" Nous, Union Majomut, nous voulons continuer à vous assurer au moins deux lots de café et continuer à ravir les palais des consommateurs ETHIQUABLE qui influencent et contribuent à de meilleures conditions de vie des familles du café. Continuons à nous soutenir mutuellement !"
 

C'est quoi cette mission ? 

 

Nicolas Eberhart* assure une mission fondamentale dans la "machine commerce équitable engagé et exigent" d'ETHIQUABLE. Chacun de nos 20 partenaires latino-américains fait face à des problématiques spécifiques qui appellent une approche terrain et une réponse adaptée. Pêle-mêle de réponses à trouver : définir le prix équitable au plus près de la réalité des producteurs, renforcer les capacités techniques sur l'amélioration de la qualité (fermentation du cacao par exemple) ou sur la fonction d'exportation, former à la gestion de la certification équitable ou bio, appuyer une coopérative dans la recherche de trésorerie, renforcer des positions en tant qu’interlocuteur économique dans une filière ou auprès des pouvoirs publics locaux, faire un retour sur le marché en France, ...

Rassurez-vous les responsables Afrique et Asie d'ETHIQUABLE connaissent le même quotidien !

* et ses Tee-shirts colorés

 

 

Vos réactions

Soumis par Billiere le lun 29/09/14 - 05:06
Consommatrice de vos produits depuis longtemps, je suis ravie de voir les visages des producteurs et merci pour cet intéressant reportage.
Soumis par Jean-Jacques Boutrou le lun 29/09/14 - 03:19
Bravo Nicolas pour cette article particulièrement bien illustré qui met en évidence les résultats obtenus par les OP et les parties prenantes (dont Ethiquable) à la structureation de filières de commerce équitable. Suggestion : envoyer ces informations à la direction des programmes d'ARTE afin qu'elle prenne connaissance de ces expériences d'AGROPIA et Union Majomut. Le commerce équitable est un business en faveur du developpement local ; c'est cela qu'il faut dire au public et illustrer par des actions de terrain.
Soumis par MARTINEZ le mer 24/09/14 - 08:40
Bravo pour l'engagement Ethiquable avec l'Amérique. En plus les chips rouges et bleues sont un délice.
Réagir à cet article
CAPTCHA
Ce champ doit rester vide (lutte contre le pollupostage).