A+A-
Imprimer Partager sur Facebook

Paysans d'ici fête ses 5 ans

Publié le 22 avril 2016 - Dernière mise à jour le 20 janvier 2017

Début 2011, nous lancions Paysans d'ici, une gamme de produits bio et équitables issus de nos terroirs français.

Cette initiative pionnière en supermarché appelait la création d'une Charte d'engagement en 24 critères (lire la Charte Paysans d'ici) pour satisfaire le besoin de définition d'un commerce équitable à la française. La loi restreignait en effet à l'époque l'utilisation légale du terme Commerce Équitable aux pays du Sud et aucun référentiel n'existait sur le sujet.

5 ans plus tard, qu'avons-nous apporté aux 10 groupes de producteurs en commercialisant leurs 24 produits bio aux conditions d'un commerce équitable nord-nord ?

A l'heure d'un premier bilan, la question centrale est de savoir si payer un prix juste est la seule réponse à la crise agricole que nos agriculteurs connaissent.

Paysans d'ici, un catalyseur d'initiatives paysannes

Une chose est sûre : les résultats chiffrés sont prometteurs et s'annoncent plutôt réjouissants sur l'envie des consommateurs d'accéder à des produits français issus du commerce équitable.

Du côté de "l'impact" pour les groupements de producteurs, une conclusion s'impose : la démarche Paysans d'ici agit comme un catalyseur.

Il ne s'agit pas d'une solution miracle à tous les maux de l'agriculture française, mais bien de critères adaptés et capables d'accompagner les dynamiques créées par les producteurs.

Alors qu'un agriculteur sur sept est prêt à mettre la clé sous la porte selon le dernier baromètre de la FNSEA, on comprend aisément l'urgence de la revendication sur un prix juste et équitable.

Entendons-nous bien, la démarche Paysans d'ici n'est pas guidée par une volonté de charité vis-à-vis d'une "agriculture musée" à mettre sous cloche.

Les prix équitables que nous avons déterminés avec les producteurs reposent sur un calcul de coûts de production de chacun des 10 groupements avec une vision dynamique et pérenne des exploitations.

Notamment, la valeur marchande des châtaignes Paysans d'ici à 2€/kg contre 1€/kg en conventionnel incite à la récolte et à l'entretien des châtaigneraies anciennes qui couvrent les hauts versants abandonnés de la Vallée du Rance. Autre exemple : Marc de Terr'Etic, avec l'augmentation des revenus en Paysans d'ici, a pu installer un jeune agriculteur sur sa ferme.

De même, nous avons fixé dans la Charte Paysans d'ici qu'au minimum 40% du payé par le consommateur doit revenir aux producteurs. Un petit calcul sur la répartition de la valeur nous amène à 49,8% (en moyenne sur les 24 produits) du prix en faveur des producteurs.

Ce souci d'équité dans la chaîne de valeur doit se comprendre comme une volonté de donner aux organisations paysannes un vrai poids dans les filières agricoles et ne pas les cantonner au bord de leur champ. Ainsi 96% des produits sont transformés par les producteurs eux-mêmes dans leur atelier.

Il faut bien noter que l'engagement sur des prix justes et la répartition de valeur, s'ils sont essentiels, ne résument pas, à eux-seuls, le bien-fondé de la démarche Paysans d'ici.

L'assurance de volumes commercialisés ressort de manière évidente dans les témoignages des producteurs car elle leur offre une sécurité financière pour mener sereinement leur exploitation.

Ainsi l'engagement d'ETHIQUABLE sur la première production de 10 000 pots de confitures de groseille a permis à Cyrille de Terr'etic de sauvegarder ses plants bio dans les Monts du Lyonnais. N 'ayant pas trouvé de débouchés en bio, il était obligé de vendre ses groseilles bio au prix conventionnel (soit une perte) puis il allait procéder à l'arrachage de ses plants n'ayant pas de garantie sur l'avenir (soit une double perte).

La question du respect des capacités de chaque partenaire et la prise en compte des aléas agricoles est également centrale.

Ainsi, nous nous sommes passés de piment d'Espelette pendant un an en raison des faiblesses de la récolte en 2013. Les 4 fermes du Pays Basque travaillent en circuit court avec un système de panier aux particuliers. Pas question bien évidemment de concurrencer des débouchés locaux.

L'enjeu important est aussi de démontrer qu'un commerce équitable peut s'adapter à toute taille de groupements de producteurs pourvu qu'ils mènent leur exploitation en agriculture paysanne (non-intensive).

Les 10 groupements de producteurs impliqués dans Paysans d'ici ont des "profils" très différents : des groupes d'historiques de la bio comme le GIE Ferme de Chassagne, Sibio ou AGP, des producteurs fermiers majoritairement en circuits courts comme Terr'Etic, les producteurs de piments d'Espelette ou les Paysans du Rance, et des coopératives de taille moyenne et converties à la bio comme COUFIDOU pour les pruneaux d'Agen ou Sud Légumes.

Bien évidemment, leurs perspectives sont différentes mais tous trouvent une pertinence dans la démarche Paysans d'ici.

RDV dans 5 ans !

Tous les produits Paysans d'ici

 

Réagir à cet article