A+A-
Imprimer Partager sur Facebook

Les labels de commerce équitable : quel contrôle, quelle garantie ?

Publié le 23 avril 2013 - Dernière mise à jour le 02 mai 2013

Fairtrade Max Havelaar, Ecocert Equitable, Paysans Producteurs... Vous retrouvez ces 3 labels sur nos emballages. Mais que garantissent-ils ? Si leur point commun est évidemment le commerce équitable, comment être sûr de cette équité ? A défaut de réglementation officielle du commerce équitable, les acteurs qui les proposent, respectivement FLO, Ecocert et Fundeppo ont mis en place des cahiers des charges et des systèmes de contrôle effectués par des organismes certificateurs indépendants et agréés par les pouvoirs publics.

Un même principe général

Ce sont des systèmes de garantie pour les consommateurs. Le dénominateur commun de ces 3 labels est donc le contrôle de cahiers des charges.
 
C'est quoi un label au juste ? Un label sur un produit quel que soit le secteur (équitable, bio, HQE, ISO 9001 etc…) implique le respect de règles « minimum ». Cela ne signifie pas que les entreprises qui y recourent ont les mêmes pratiques. Certaines respectent le « seuil » minimum, d’autres vont plus loin. Pour être clair, un label c’est un peu comme passer son bac : toutes les entreprises doivent avoir réussi les épreuves, certains ont des mentions, d’autres pas. Chez ETHIQUABLE, en tant que spécialiste du secteur, on a tendance pour le coup à décrocher des mentions… 
Des organismes indépendants vérifient et contrôlent sur le terrain l’application des cahiers des charges. Pour le label Fairtrade Max Havelaar, l’organisme certificateur est FLO-cert, pour ECOCERT Equitable, il s’agit d’ECOCERT, pour le Symbole Producteur Paysans, il s’agit des certificateurs agréés qui réalisent déjà les certifications bio des coopératives (Imo Control, BCS, Mayacert, Certimex, Biolatina).
 
Un premier contrôle est effectué chaque année chez les producteurs. Les inspecteurs vérifient que les standards sont bien appliqués : démocratie et transparence des coopératives, conditions de travail des employés, respect de l'environnement, traçabilité, etc. Les autres parties impliquées, importateurs et distributeurs, doivent également respecter le cahier des charges de l'organisme sollicité (conditions de travail, paiement d'un prix juste, traçabilité, etc.). Si le contrôle est validé, les acteurs peuvent ensuite apposer le logo du label sur leurs produits. 
Pour assurer au consommateur des garanties fiables, il importe que le certificateur soit indépendant et agréé par les pouvoirs publics, comme c'est le cas pour Flo-Cert, Ecocert Equitable, Symbole des Producteurs Paysans.
 

Quelle différence entre Fairtrade Max Havelaar, Ecocert Equitable, Symbole des Producteurs Paysans ?

Chaque label fonctionne selon ses propres standards ou cahier des charges. Si les principes génériques de ces cahiers des charges sont le commerce équitable, chacun label a sa propre spécificité : ils ne garantissent donc pas tout à fait la même chose. 
 
 
 
 
Réagir à cet article
CAPTCHA
Ce champ doit rester vide (lutte contre le pollupostage).