A+A-
Imprimer Partager sur Facebook

Tout savoir sur la chocolaterie équitable et bio à Fleurance

Publié le 08 septembre 2021 - Dernière mise à jour le 09 septembre 2021
chocolaterie de la Scop Ethiquable


Proposer un nouveau modèle de production pour le monde du cacao. L'articuler autour d'une filière construite avec les producteurs et d'une chocolaterie à faible empreinte carbone, relocalisée dans le Gers. Le feuille de route n'était pas simple.

On vous dit tout sur la chocolaterie 100% coopérative, équitable et bio, inaugurée à la fin août à Fleurance. 2 petits films et quelques mots qui retracent un projet longuement mûri par notre Scop.

 


ligne verte

Retour à l’origine
changer la filière cacao

Quand la Scop s'est lancée en 2003, il y n’avait pas de chocolat dans la gamme. Les premiers produits étaient du sucre complet, du thé, du café et des jus de fruits… mais point de tablettes de chocolat.

Nous avons cherché un angle d’attaque pour porter une vision engagée dans la filière cacao. Une filière assez complexe et mondialisée où une poignée de multinationales rémunèrent au lance-pierre quelques 5 millions de petits producteurs. Une filière où les producteurs dépendent de cours mondiaux et ne sont qu’une variable d’ajustement.

La question est savoir comment avoir de l’impact au sein de la filière cacao, comment notre commerce équitable peut-il générer des dynamiques plus justes pour les producteurs ?

Les premières tablettes naissent en 2005 avec une feuille de route en 5 points

picto mainMiser sur des coopératives de petits producteurs autonomes
pour ne pas générer de nouvelles dépendances

picto cultureSoutenir les pratiques agricoles où le cacaoyer
s’insère dans un système de cultures agro-forestières diversifiées

picto cabosseFaire émerger les terroirs de cacaos, les variétés anciennes
et leur profil aromatique typique avec des tablettes de pure origine

picto prixDéfinir des prix vraiment rémunérateurs qui couvrent les besoins des familles,
les coûts d’une production biologique durable et financent les projets de la coopérative

picto prixMieux répartir la valeur dans la filière
en faveur des producteurs et leur coopérative

 

Aujourd’hui, nous sommes toujours fidèles à ces principes qui font notre patte dans le commerce équitable du cacao. Dès le départ, nous avons investi dans le suivi des coopératives partenaires sur le terrain dans le but d’évaluer l’impact et d’orienter nos stratégies.

Nous avons une équipe de 8 agronomes chargés de constater sur place les besoins de chacun des acteurs, d’échanger et de construire avec eux les projets nécessaires à « l’intensification » de l’impact du commerce équitable.

Ils recueillent régulièrement des informations de terrain selon certains indicateurs pour mesurer les effets mais aussi pour se fixer de nouveaux objectifs. Par exemple, nous réalisons un suivi des coûts de production au champ des différents types d’unités paysannes et nous pouvons ainsi vérifier que les prix payés permettent d’atteindre le seuil de vie durable des familles, c’est-à-dire de couvrir correctement leurs besoins d'alimentation, de santé, de logement et d’éducation. D’autres indicateurs nous permettent de suivre la progression des pratiques agro-écologiques ou agro-forestières, ce qui nous aide dans le pilotage des projets d’agro-écologie, avec par exemple la mise en oeuvre par les coopératives de bio-fabriques de fertilisants bio à base de micro-organismes locaux.

Nous sommes en lien direct avec 14 coopératives dans 10 pays différents. 14 coopératives que nous avons donc accompagnées et appuyées pour réussir à franchir les étapes de la transformation des fèves de cacao et à révéler les spécificités aromatiques de leur terroir.

ligne verte

Une chocolaterie co-construite avec les producteurs
pour toujours plus d’équité dans la filière cacao

Dans un premier temps, nos projets se sont concentrés les toutes premières étapes, juste après la récolte, de la transformation du cacao en tablettes de chocolat : la fermentation et le séchage des fèves. Deux étapes qui ne sont pas forcément aux mains des producteurs. En Haïti, par exemple, avant le projet construit avec Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, le pays ne fermentait pas les fèves de cacao, une étape pourtant essentielle pour le goût de la future tablette et rémunératrice pour les coopératives. Le cacao haïtien était alors avalé par le marché de masse à bas prix. Aujourd’hui, l’origine Haïti a gagné ses lettres de noblesse parmi les chocolatiers et la coopérative FECCANO s’est vu décerner un International Cacao Award pour la qualité aromatique de ses fèves.

Donner une position plus importante aux producteurs dans la filière cacao est la pierre angulaire de la chocolaterie.

La chocolaterie porte les producteurs à une nouvelle étape dans le processus de tranformation du cacao en tablettes : passer des fèves fermentées séchées à la réalisation de masse de cacao. Y accéder est le fruit du travail d'appui que nous menons depuis 2005 avec la coopérative Norandino. La transformation des fèves en masse de cacao est essentiellement effectuée dans les pays consommateurs ou aux mains de groupes agro-alimentaires. La filière sur laquelle s’appuie la chocolaterie Ethiquable est quasi inédite.

Un projet d'autant plus inédit qu'à ce jour, seule une petite poignée de coopératives de petits producteurs possède sa propre unité de torréfaction et de broyage de fèves de cacao dans le monde.

picto lait équitable bio franceLa chocolaterie utilise exclusivement des cacaos issus du commerce équitable et de l'agriculture biologique. Cette évidence ne s’arrête pas au cacao : l'ensemble des ingrédients (sucre, noix de cajou, amandes…) proviennent de filières équitables et bio que nous avons construites avec les producteurs. Notamment, la poudre de lait entrant dans la composition des chocolats au lait est réalisée en France à partir de lait de producteurs bio français de la coopérative Biolait, un acteur historique de la bio. Ce lait est d’ailleurs labellisé Bio Équitable en France.  


ligne verte

Relocaliser en France
avec une chocolaterie à faible impact carbone

La meilleure énergie est seule que l'on n'a pas consommée. Cette évidence a guidé la réflexion sur la construction du bâtiment et le fonctionnement de la chocolaterie. L'unité est économe en ressources et sobre en consommation par récupération d’énergie et utilisation d’énergie renouvelable.

Au final, la chocolaterie présente une empreinte carbone la plus basse possible. Un résultat salué par l'appel à projet Bâtiment NoWatt de la région Occitanie.

Ce tour de force "écologique" pour une unité agro-alimentaire doit sa réussite à l'engagement et l'inventivité des entreprises qui nous ont entourés pour construire et mettre en service la chocolaterie. Plus 60 entreprises locales, le plus souvent en Scop, ont participé à sa construction.

La chocolaterie s'ouvre avec une équipe de 15 personnes. D'ici à 2023, 30 emplois seront créés au total. A noter dans les tablettes : début 2022, la chocolaterie sera ouverte à tous et toutes pour une découverte du monde du cacao équitable et bio.

faible empreinte carbone  

Les chocolateries en Europe sont de grandes unités qui transforment en flux continu de 30 000 à 50 000 tonnes de chocolat par an. A cette échelle, le cacao bio ou équitable a des difficultés à s'insérer car les lots ne peuvent pas être segmentés. Nous avons fait le choix d’une unité beaucoup plus petite avec une capacité de 2 000 tonnes pour garantir la traçabilité du commerce équitable et de la bio.
La chocolaterie est à mi-chemin entre une petite unité artisanale et les grandes unités industrielles. Des grandes unités, nous avons gardé la technologie qui consiste d'abord à broyer le cacao sur 2 puis 5 cylindres et ensuite à le concher. Ce choix assure finesse de la texture et révèle fidèlement les arômes de la fève. Des petites unités artisanales, nous gardons les produits de pures origines avec des saveurs et des arômes des cacaos.


ligne verte

Et demain ?

La chocolaterie démarre avec le cacao des producteurs au Pérou et en Équateur, transformé en masse par la coopérative Norandino au Pérou.

A l'avenir, notre projet est d'intégrer les autres origines - Haïti, Côte d'Ivoire, Madagascar, Guatemala, Nicaragua, Bolivie - soit avec d’autres projets de transformation des fèves en masse sur place par les coopératives, soit en installant une unité de torréfaction des fèves dans la chocolaterie. Mettre en œuvre des unités de transformation de cacao par des coopératives dans les pays du Sud reste un défi. Un défi loin d’être évident. Mais, vous pouvez compter sur nous... 

 


D'autres articles sur le même thème
Réagir à cet article
CAPTCHA
Merci de répondre à cette question pour prouver que vous n'êtes pas un robot.