Les entrepreneurs sociaux, ça existe !

L’entrepreneuriat social repose sur des initiatives privées au service de l’intérêt collectif, dont la finalité sociale est supérieure à la finalité économique et qui place l’innovation au cœur de son action. En un mot : ETHIQUABLE, comme 220 000 autres initiatives en France !

A+A-
Imprimer Partager sur Facebook

Les entrepreneurs sociaux, ça existe !

Définition et critères

Plusieurs définitions de « l’entrepreneuriat social » ont été proposées depuis les années 1980 par l’Avise, le Codes et l’OCDE pour citer les principaux contributeurs européens. Toutes mettent en avant les trois éléments suivants : l’Homme, la démarche entrepreneuriale et enfin la volonté de placer une initiative privée au service de l’intérêt collectif. Les entreprises sociales sont donc des entreprises à finalité sociale, sociétale ou environnementale et à lucrativité limitée. Elles cherchent à associer leurs parties prenantes à leur gouvernance.

Répondre à un problème/besoin social identifié, mettre en œuvre l’organisation la plus adéquate pour y répondre et contribuer in fine à un changement profond et à long terme.

On le voit, la définition de l’entrepreneuriat social repose sur un faisceau de critères plus que sur une définition unique : simple manière d’entreprendre autrement ? État d’esprit ? Projet politique? École de pensée? Un peu de tout cela sachant que chacune des dimensions proposées ne peut suffire à donner une définition satisfaisante et complète de l’entreprise sociale.

Les critères proposés par Le Mouves 
à noter : ETHIQUABLE répond à l'ensemble de ces critères

Critères indispensables d’objectifs :
Finalité sociale, sociétale ou environnementale ou territoriale inscrite dans l’objet social de l’entreprise et dans le pacte d’actionnaire (s’il existe)
Création d’emplois
Critères indispensables de moyens :
Initiative privée
Recherche d’implication d’une ou plusieurs parties prenantes dans la gouvernance
Rémunération limitée des apports en fonds propres
Excédents majoritairement réinvestis dans le projet
Encadrement de l’échelle des salaires (facteur 3 à facteur 10 en fonction du nombre de salariés)
Critères recommandés d’objectifs :
Innovation sociale
Ancrage territorial
Critères recommandés de moyens :
Activité marchande significative
Statut d’économie sociale (coopérative, mutuelle, association, fondation)
Appartenance à un réseau de l’économie sociale et solidaire
Intégration des impératifs de développement durable

Le mouvement des entrepreneurs sociaux

En février 2010, plusieurs personnalités de l’économie sociale et solidaire (ESS), dont Rémi Roux, co-fondateur d’ETHIQUABLE et actuel gérant élu de notre SCOP, se sont réunies pour créer le Mouvement des entrepreneurs sociaux, le Mouves. Il fédère aujourd’hui 250 entrepreneurs motivés avant tout par l’intérêt général, qui partagent équitablement les richesses qu’ils créent. Leur objectif : montrer que l’entreprise sociale est capable, plus que tout autre, d’apporter une réponse à la crise actuelle.

Mutations et crises de l’État-providence, nouvelles attentes éthiques des consommateurs et des salariés, déficits publics, aggravation des problèmes sociaux et écologiques, créent les conditions d’un changement d’échelle de cette autre manière d’entreprendre portée partout dans le monde.  L’Union Européenne en a fait une priorité.

L’initiative de la Commission Européenne en faveur de l'entrepreunariat social d’octobre 2011
« Les entreprises sociales poursuivent un objectif d’intérêt général (social, sociétal, environnemental), et non un objectif de maximalisation du profit. Elles présentent souvent un caractère innovant, à travers les produits ou services qu’elles offrent et les modes d’organisation ou de production qu’elles utilisent. Elles font souvent appel à des acteurs fragilisés de la société (personnes frappées d’exclusion sociale). Elles contribuent ainsi à la cohésion sociale, à l’emploi et à la réduction des inégalités. La Commission souhaite participer à la création d’un environnement favorable au développement de l’entrepreneuriat social, et plus largement de l’économie sociale et solidaire en Europe. » 
En savoir plus

Les entreprises sociales ne font donc pas partie d’une quelconque économie marginale, de « seconde zone », mais contribuent au contraire pleinement à la croissance du pays. A la croisée des politiques publiques et du marché, plaçant l’efficacité économique au service de l’intérêt général, créateur de richesses, d’emplois et d’innovations partout sur le territoire, l’entrepreneuriat social doit être au cœur du nouveau modèle de croissance français.

Le Mouves veut faire entendre aux décideurs qu’il est possible de concilier performance économique et utilité sociale, réussite individuelle et intérêt collectif. À ce titre, les entreprises sociales, et plus largement l’économie sociale et solidaire, sont pionnières de l’économie de demain, celle de l’après-crise. Elles peuvent et doivent être développées à grande échelle.

ETHIQUABLE vous recommande hautement la lecture du Livre Blanc des entrepreneurs sociaux rédigé par le Mouves et ses adhérents. Ce court ouvrage met en lumière les bonnes pratiques, les objectifs et les propositions d’un secteur en pleine expansion. Il s’adresse à l’ensemble des acteurs de notre société qui souhaitent agir pour une économie plus humaine.

Le Laboratoire de l'économie sociale et solidaire
Le Labo de l’économie sociale et solidaire est un Think Tank qui s’est donné comme objectif de faire connaître et reconnaître l’économie sociale et solidaire, d’être un lieu d’échanges, de réflexions et d’actions pour une économie respectueuse de l’Homme et de l’environnement. En 2011, le Labo a organisé des Etats généraux de l’ESS et proposé 400 Cahiers d’espérances en faveur d’une autre économieet proposé, une réflexion collective autour d’une centaine d’acteurs responsables, dont ETHIQUABLE.
Le site du Labo de l'économie sociale et solidaire