A+A-
Imprimer Partager sur Facebook

Niaouli contre Litchi ? C'est la coopérative KTTF qui gagne.

Publié le 14 novembre 2016 - Dernière mise à jour le 01 décembre 2016

C'est bien parce que la production de miel en France est inférieure à la demande que nous apportons notre soutien au miel bio de la coopérative KTTF à Madagascar.

Depuis 2008, Ethiquable créé des projets de commerce équitable dans le pays autour du cacao, du sucre de canne, du litchi, des ananas et de la vanille. Si notre commerce équitable a du sens, c'est bien dans les pays jugés "trop compliqués" par le marché. 


Afin de diversifier les débouchés de la coopérative de litchi, les producteurs se sont organisés pour produire et collecter du miel de fleurs de litchi et niaouli avec le projet de la Kaoperativa Tsara Tantely Fitovinany, autrement dit la Coopérative du bon miel de la région Fitovinany.
Stéphane Sénan, notre agronome (et auteur de ces photos), vit à Madagascar et travaille avec KTTF depuis 2012 pour améliorer sa production de miel.
En obtenant avec succès les certifications biologique et équitable en 2015, KTTF commence à exporter son miel en Europe : nous avons choisi 2 de leur miel : le litchi et le niaouli.
Les principales difficultés des apiculteurs à Madagascar proviennent de la déforestation, de l'insécurité, du faible pouvoir d'investissement et du manque d'organisation du marché.
La coopérative KTTF a pour but de trouver des solutions à ces problématiques pour créer un environnement favorable à la pratique de l’apiculture.
 

 


des producteurs malgaches au consommateur


 

Madagascar, grand producteur de miel avant l’embargo

La richesse de la flore malgache et les caractéristiques du climat donnent de très longues périodes de floraisons d'une très grande variété d'espèces. Les abeilles produisent, tout au long de l'année, plusieurs récoltes de miels aux saveurs multiples, nées du grand nombre des essences butinées.


Apis Mellifera Unicolor, l'espèce d'abeille endémique présente sur le sol malgache, possède des atouts. Peu agressive, cette abeille est réputée pour ses bons rendements. Et elle reste pour le moment relativement épargnée par les maladies qui touchent actuellement les populations d'abeilles dans le reste du monde.

Il y a 100 ans, Madagascar produisait plusieurs dizaines de milliers de tonnes de miel dont une partie non négligeable pour l’exportation. Les exportations ont commencé à décliner dans les années 80, principalement à cause d'un manque d’hygiène et d'un taux d’humidité trop élevé, jusqu’à l’arrêt définitif avec l’embargo de l'Union Européenne en 1996.
 

Le grand défi : la levée de l’embargo et la relance de l’export du miel

A partir de l’embargo de 1996, plus aucun miel n’est exporté légalement de Madagascar.


L’Union Européenne exige des normes d’hygiène et impose un cahier des charges strict pour l’obtention de l’agrément nécessaire à l’entrée du miel dans l’UE.

En effet, le miel est un produit animal et sensible à son environnement extérieur. S’il est récolté un jour de pluie, le taux d’humidité du miel sera important (> 20%) ce qui diluera le précieux produit. Si le miel est exposé trop longtemps au soleil, les molécules se dégradent et peuvent devenir néfastes pour la consommation humaine.
 

Construction d’une miellerie agréée union européenne, propriété de kttf : une première à Madagascar

Dès 2008, les producteurs de Manakara n’ont qu’une idée en tête : reprendre la production de miel de qualité et son exportations de miel dans le monde entier.

KTTF, composée à l’époque d’une poignée d’apiculteurs motivés, s’est tourné vers l’association de solidarité internationale Agriculteurs français et développement international (Afdi) et ses apiculteurs français pour démarrer un programme de développement de l’activité apicole à Manakara.


Joseph, Jean-Claude et Josiane, 3 des 32 apiculteurs membres KTTF
Les membres du Conseil d'adminsitration et l'équipe technique de la coopérative posent devant le camion de la KFFT qui transporte les ruches de la parcelle à la miellerie.

Un montage financier entre KTTF, AFDI Haute Savoie et des partenaires locaux permet de construire une miellerie moderne climatisée aux normes UE avec du matériel en inox. Des procédures strictes de la parcelle jusqu’à l’exportation sont à respecter.

Après plusieurs années d’efforts intenses et de procédures complexes, les deux partenaires mettent en place un cahier des charges strict. En 2011, l’Union Européenne met fin à l’embargo sur le miel malgache. Une victoire qui sera couronnée par le projet de la miellerie moderne en 2012.
 


 

Restructuration de la filière

Il existe trois pratiques d’apiculture à Madagascar.

Les apiculteurs-cueilleurs se contentent de prélever les essaims sauvages que l'on trouve assez nombreux dans les forêts. L'inconvénient majeur de cette pratique est qu'elle entraîne souvent la destruction totale de l'essaim.

Les apiculteurs-chasseurs d'essaims pratiquent l'élevage traditionnel à partir d'essaims recueillis en forêts. Cette pratique a l'avantage de respecter la ressource naturelle, mais du fait du peu d'élaboration des techniques employées, elle n'obtient que de faibles rendements.

Ces deux catégories d’apiculteurs vendent traditionnellement leur miel à des grands collecteurs intermédiaires qui achètent ce miel peu qualitatif à moindre prix.


D'autres apiculteurs travaillent en partenariat avec des coopératives ou/et des mielleries. Leurs techniques de production respectent les standards internationaux. Les ruchers sont composés d’une vingtaine de ruches modernes standardisées construites en bois locaux. La ruche est composée de deux parties : l’apiculteur peut récolter le miel sans perturber l’activité des abeilles. Avec ces pratiques, l’apiculteur peut réaliser jusqu’à 4 récoltes de 10kg/ruche/an, soit 40 kg/an.

KTTF a fait le choix de cette apiculture dites "moderne", respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Un programme d’intégration de 100 producteurs supplémentaires est prévu pour 2016-2019.

Grâce à son expérience, KTTF diffuse des techniques élaborées qui permettent aux apiculteurs membres de produire davantage de miel de qualité et de lutter biologiquement contre les éventuelles attaques d’insectes comme la varoise, un acarien ravageur d’abeilles.

Les apiculteurs de KTTF produisent 4 types de miel en fonction des floraisons des arbres : le miel de litchi en septembre, le miel de niaouli de la famille de l’Eucalytus en février, le miel de morarana en octobre et un miel polyfloral – dont Eucalyptus- en avril et en décembre.

Impact de notre commerce équitable

Qualité, certification Bio et équitable et prix rémunérateur

Les 32 apiculteurs de KTTF respectent les standards de la certification biologique et du commerce équitable depuis 2015. Le miel certifié est rémunéré entre 20 et 30% plus cher que le miel conventionnel. Le revenu des producteurs s’améliore et permet déjà un investissement dans l’agrandissement des ruchers.

Développer le mouvement coopératif à Madagascar

Il existe très peu de coopératives à Madagascar. Grâce à KTTF, le mouvement coopératif reprend. KTTF est un modèle de développement réussi pour la région de Manakara. Nombreux sont les apiculteurs qui souhaitent s’associer au projet.

Protéger la biodiversité et ralentir l’érosion des sols 

Une très grande partie de la forêt malgache a disparu ces dernières années, à cause d'une surexploitation des ressources par la population qui a besoin de charbon nécessaire à la cuisine traditionnelle malgache.

Une des composantes du projet KTTF est la plantation d’espèces d’arbres mellifères tel que l’eucalyptus, le niaouli, le pin,… pour régénérer les forêts et participer au développement de la faune, notamment les insectes.

Les abeilles sont en effet très fragiles et témoignent de l’état de leur environnement. La disparition des forêts sonne celle de abeilles.

 

D'autres articles sur le même thème
Réagir à cet article
CAPTCHA
Ce champ doit rester vide (lutte contre le pollupostage).